Accueil > Nos activités > Les paroisses > La paroisse Saint Ignace de Mongo

La paroisse Saint Ignace de Mongo


- La ville de Mongo
Mongo fait partie de la région du Guéra qui est située au centre du Tchad. La population de la région était de 306 653 habitants lors du dernier recensement de 1993 (RGPH), dont 263 843 sédentaires (ruraux : 219 884 ; urbains : 43 953), et 42 810 monades. La ville de Mongo a été créée par l’administration coloniale en raison de son emplacement stratégique. Mongo est en effet un carrefour de passage qui lie le sud et le nord, l’ouest et l’est du pays. De ce fait, la population de la ville qui avoisine aujourd’hui les 20 000 habitants est composée, depuis les origines, de personnes originaires de toutes les régions du pays.

-  La Paroisse de Mongo

La Paroisse Saint Ignace de Mongo est née dans les années 50 avec l’arrivée des pères jésuites dans la région. Elle se trouve à l’entrée de la ville. Aquarelle de l'église de MongoComme Mongo est une ville de passage, le nombre de paroissiens change constamment mais on peut estimer une moyenne de 350 personnes. Ce sont principalement des fonctionnaires et des étudiants. Ceux-ci viennent des villages pour fréquenter le lycée de Mongo ou d’autres régions pour suivre la formation d’instituteur à l’École Normale. Depuis septembre 2007, cette population a augmenté avec l’arrivée d’un bon nombre d’étudiants (plus d’une cinquantaine) du nouvel Institut Universitaire Polytechnique de Mongo. Pour finir, on trouve aussi un bon nombre de militaires. Dans cette diversité, on trouve un noyau de gens originaires de la région du Guéra, cultivateurs pour la plupart, et une grosse partie venant des régions du Sud du pays.

Cette caractéristique pose beaucoup des difficultés à la vie de la paroisse et à son travail pastoral. Un grand défi consiste à aider les gens à se sentir membre de cette communauté paroissiale et à les pousser à prendre en charge la paroisse pour que la vie communautaire devienne réelle. Les paroissiens savent qu’il y a une richesse dans cette diversité mais ils sont aussi conscients qu’il y a des difficultés à surmonter pour que la communauté en entier puisse en bénéficier. Depuis deux ans, les membres de la paroisse ont décidé de prendre comme thème d’année « la vie communautaire ». Dès lors, on essaye de consolider cette dimension dans les 4 CEB, les mouvements de jeunes (JEC et Kemkogui) et les services de la paroisse à travers des récollections, des retraites et des activités communes, de même que par la prise en charge de la gestion de la vie de la paroisse.